Un mois, un partenaire: Air Breizh

Au sein du projet AQMO, notre partenaire Air Breizh est notamment représenté par Manuel Chevé.

Ayant d’abord travaillé pendant une quinzaine d’années au sein d’une SSII, il est désormais responsable de tous les aspects informatiques et numériques chez Air Breizh. Il est notamment le point de contact Open Data de l’association et œuvre en tant que correspondant technique informatique & réseau, ainsi que pour les projets micro-capteurs, dont AQMO.

Que représente AQMO pour l’association?

Le projet AQMO est une opportunité pour Air Breizh car il permet à l’association d’intégrer un projet avec de nombreux acteurs et ainsi :

  • De mettre en avant son réseau et ses compétences en ce qui concerne le choix de matériel de contrôle de la qualité de l’air (ou en tout cas, d’identification de certains polluants)
  • De mettre en avant ses métiers comme l’inventorisation des sources d’émissions de polluant, la modélisation de la qualité de l’air et la métrologie
  • D’être visible au sein de l’écosystème numérique et transport tant localement à Rennes que plus globalement au niveau national, voire européen (Digital Transport Days 2019)

Air Breizh au sein d’AQMO

Air Breizh met à la disposition du projet son réseau et ses données, qui seront utilisés, par l’intermédiaire de l’Open Data, dans le cadre des travaux de modélisation qui devront être réalisés par l’architecture générale AQMO.

La plateforme AQMO pourrait, à terme, être une plateforme des plus intéressantes pour Air Breizh afin de pouvoir réaliser les travaux de modélisation évoqués précédemment. Ces travaux intégreront à terme les données du réseau Air Breizh mais également les données collectées par les différents micro-capteurs déployés sur les bus.

AQMO comme innovation en matière de surveillance de la qualité de l’air

L’initiative AQMO constitue une innovation pour la surveillance de la pollution, car il s’agira, à terme, de s’appuyer sur la couverture territoriale de l’opérateur de transport public pour être en mesure d’obtenir de la mesure en de nombreux points du territoire et ainsi agrémenter les mesures officielles du réseau fixe. C’est donc une innovation, dans notre région, à plus d’un titre : passer du fixe au mobile, des stations de mesures officielles et réglementées à des équipements plus petits et moins coûteux, d’une modélisation lourde et coûteuse à une modélisation plus légère, rapide et réactualisée.